Skip to main content

La bhagavad-gītā 9.6

Texte

yathākāśa-sthito nityaṁ
vāyuḥ sarvatra-go mahān
tathā sarvāṇi bhūtāni
mat-sthānīty upadhāraya

Synonyms

yathā: de même que; ākāśa-sthitaḥ: situé dans le ciel; nityam: toujours; vāyuḥ: le vent; sarvatra-gaḥ: soufflant partout; mahān: grand; tathā: pareillement; sarvāṇi bhūtāni: tous les êtres créés; mat-sthāni: situés en Moi; iti: ainsi; upadhāraya: essaie de comprendre.

Translation

Tout comme le vent puissant qui souffle dans toutes les directions réside en permanence dans le ciel, comprends qu’en Moi résident tous les êtres créés.

Purport

Il est pratiquement impossible, pour l’homme du commun, de concevoir comment l’énorme création matérielle repose en Dieu. Aussi, pour nous aider à comprendre, Celui-ci nous donne un exemple: le ciel est la plus gigantesque manifestation que nous puissions concevoir, et l’air, ou le vent, la deuxième grande manifestation que renferme la première. Les mouvements d’air influent sur les déplacements de toute chose. Mais bien que le vent soit puissant, il reste confiné dans les limites du ciel. De même, les remarquables manifestations cosmiques n’existent que par la volonté suprême du Seigneur, et Lui sont toutes subordonnées. Pas un brin d’herbe ne bouge sans la volonté de Dieu, dit-on communément. Ainsi, par Sa seule volonté, tout se meut, tout est créé, préservé et détruit. Pourtant, Lui-même reste au-delà de tout, à la manière du ciel qui demeure indépendant des mouvements du vent.

Il est dit dans la Taittirīya Upaniṣad (2.8.1): yad-bhīṣā vātaḥ pavate – « C’est par crainte du Seigneur Suprême que le vent souffle. » La Bṛhad-āraṇyaka Upaniṣad (3.8.9) ajoute: etasya vā akṣarasya praśāsane gārgi sūrya-candramasau vidhṛtau tiṣṭhata etasya vā akṣarasya praśāsane gārgi dyāv-āpṛthivyau vidhṛtau tiṣṭhataḥ – « La Lune, le Soleil et les autres planètes se meuvent selon l’ordre souverain de Dieu, sous Sa directe supervision. » Ce que confirme la Brahma-saṁhitā (5.52) lorsqu’elle décrit le mouvement du Soleil:

yac-cakṣur eṣa savitā sakala-grahāṇāṁ
rājā samasta-sura-mūrtir aśeṣa-tejāḥ
yasyājñayā bhramati sambhṛta-kāla-cakro
govindam ādi-puruṣaṁ tam ahaṁ bhajāmi

Le Soleil est l’œil du Seigneur et possède l’immense pouvoir de diffuser chaleur et lumière. Pourtant, c’est sur l’ordre de Govinda, de par Sa volonté suprême, qu’il parcourt son orbite. Ainsi, les Écrits védiques corroborent la domination absolue de Dieu, la Personne Suprême, sur la création matérielle, pour nous si grande et merveilleuse. Les versets suivants développeront cette idée.