Skip to main content

La bhagavad-gītā 11.43

Texte

pitāsi lokasya carācarasya
tvam asya pūjyaś ca gurur garīyān
na tvat-samo ’sty abhyadhikaḥ kuto ’nyo
loka-traye ’py apratima-prabhāva

Synonyms

pitā: le père; asi: Tu es; lokasya: de tout le monde; cara: mobile; acarasya: et immobile; tvam: Tu es; asya: de ceci; pūjyaḥ: vénérable; ca: aussi; guruḥ: le maître; garīyān: glorieux; na: jamais; tvat-samaḥ: égal à Toi; asti: il n’y a; abhyadhikaḥ: plus grand; kutaḥ: comment est-il possible; anyaḥ: un autre; loka-traye: dans les trois systèmes planétaires; api: aussi; apratima: sans mesure; prabhāva: puissance.

Translation

Tu es le père de l’entière manifestation cosmique, des entités mobiles et immobiles, le véritable souverain, le maître spirituel suprême. Ô Toi dont la puissance est sans mesure, parce que nul ne T’égale ou n’est pareil à Toi, aucun être dans les trois mondes ne T’est supérieur.

Purport

Tout comme un père mérite d’être révéré par ses fils, Kṛṣṇa, Dieu, est digne d’être révéré et adoré par tous les êtres. Il est le maître spirituel originel, puisqu’au début de la création Il confia à Brahmā la connaissance védique, de même qu’Il enseigne maintenant la Bhagavad-gītā à Arjuna. C’est pourquoi, aujourd’hui, nul ne peut se prétendre maître spirituel authentique s’il n’appartient à une succession disciplique remontant à Kṛṣṇa Lui-même. Comment, en effet, pourrait-on, sans représenter Kṛṣṇa, enseigner la connaissance transcendantale ou occuper la fonction de maître spirituel ?

Le Seigneur Se voit ici honoré à tous les égards. Sa grandeur est sans mesure. Dans les mondes matériel et spirituel, nul ne L’égale ou ne Le dépasse. Il est Dieu, la Personne Suprême, et tous les êtres Lui sont subordonnés. La Śvetāśvatara Upaniṣad (6.8) explique:

na tasya kāryaṁ karaṇaṁ ca vidyate
na tat-samaś cābhyadhikaś ca dṛśyate

Le Seigneur Suprême, Kṛṣṇa, possède, comme les êtres humains, un corps et des sens. Mais en ce qui Le concerne, il n’y a pas de distinction entre Ses sens, Son corps, Son mental et Sa personne. Les sots qui ne connaissent pas vraiment Sa nature affirment qu’Il est distinct de Son âme, de Son mental, de Son cœur, etc. Mais Kṛṣṇa est bel et bien absolu, suprême. Ses actes et Ses puissances le sont donc également. Les Écritures enseignent que Ses sens ne sont ni limités ni imparfaits comme les nôtres: leur champ d’action est infini. Comme tous les êtres Lui sont subordonnés, nul ne peut L’égaler. Que dire de Le surpasser.

Le savoir, la puissance et les activités de la Personne Suprême sont tous transcendantaux. La Bhagavad-gītā (4.9) explique cela fort bien:

janma karma ca me divyam
evaṁ yo vetti tattvataḥ
tyaktvā dehaṁ punar janma
naiti mām eti so ’rjuna

Celui qui connaît la nature transcendantale du corps de Kṛṣṇa, de Ses actes et de Sa perfection, retourne à Lui après avoir quitté son corps, et jamais plus ne renaît en ce monde de souffrance. Il nous faut comprendre que les actes de Kṛṣṇa Le distinguent du commun des mortels. La meilleure voie à suivre est de se parfaire en suivant les principes qu’Il a établis.

Les Écritures affirment d’autre part que nul ne domine le Seigneur et que tous les êtres sont Ses serviteurs. Le Caitanya-caritāmṛta (Ādi 5.142) le confirme: ekale īśvara kṛṣṇa, āra saba bhṛtya – Kṛṣṇa seul est Dieu, et tous sont Ses serviteurs. Chaque être agit sous Sa direction. Nul n’échappe à Son ordre. Comme l’enseigne, du reste, la Brahma-saṁhitā, Kṛṣṇa est la cause de toutes les causes.